Concour : Récits de Stalkers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Concour : Récits de Stalkers

Message  Stalker-Admin le Mer 9 Déc - 13:59



Règlement :
- Postez sur ce sujet vos récits sur le thème de Stalker, sous la forme d'extrait de journal ou de lettres intimes (au choix). Il n'y a aucune limitation quand au nombre de récits par participant : sachant que les récits proposés seront potentiellement utilisés en jeu afin de compléter les mises en scène.

- Les entrées seront acceptés jusqu'au 5 janvier. L'examination des entrées sera faite le lendemain, le jour de l'épiphanie.

- Un récit sera choisit selon des critères tout aussi mystérieux que la Zone elle même (au feeling des modérateurs du forum). Le gagnant recevra par courrier une illustration Stalker plus quelques surprises. Le récit sélectionné sera également développé par les Orgas afin de servir le scenario de l'opé/Gn Wink





" A vos plûmes ! (ou vos ongles, si l'encre n'est plus disponible chez votre marchand local) "
L'équipe orga.
avatar
Stalker-Admin
Admin

Messages : 124
Date d'inscription : 01/07/2009
Localisation : Zona

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-irradiees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concour : Récits de Stalkers

Message  Dragou le Mer 9 Déc - 20:01

Les entrées seront acceptés jusqu'au 5 décembre de quelle année ?
Car nous sommes le 9 décembre 2009 et la prochaine épiphanie est le 6 janvier 2010 ! Encore un spasme spacio-temporel de la Zone...

ADMIN : Tout à fait ! C'est corrigé Razz c''était à l'origine prévu pour la fin de l'année, mais il y a eut une rallonge !
avatar
Dragou
Orga

Messages : 39
Date d'inscription : 07/12/2009
Age : 39
Localisation : => Aveyron, là où il peut ne plus avoir d'électricité....

Voir le profil de l'utilisateur http://www.chroniqueurs.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concour : Récits de Stalkers

Message  Docteur Tank le Mer 9 Déc - 23:12

Van ramassa au sol une autre poignée de gravillons. Il les jeta d'un geste ample juste au delà du petit buisson. Les pierres suivirent une courbe avant de retomber s'éparpiller sur l'herbe. Elles touchèrent le sol en soulevant de nombreuses éclaboussures. On pouvait voir les petites gerbes liquides s'élever et retomber, en faisant naitre sur la terre rocailleuse des ondes glissantes. Elles se croisaient et s'entrechoquaient, les rochers, la terre, les mottes et l'herbe se tordaient tous sous des formes de vaguelettes liquides. Peu à peu, le sol devant eux retrouva le calme, tel un étang n'ayant jamais perdu sa tranquillité.
« Et bien, moi qui rêvait justement d'une bonne baignade! » Van se retourna vers son cousin, accroupi quelques mètres derrière lui.
« Et bien plonge, cela n'attend que toi. Mais moi je persiste à trouver déplaisante l'idée de barboter dans la terre et la rocaille. » Van se redressa. Il pouvait voir la petite prairie qui s'affaissait une centaine de mètres plus loin sur un lit de ruisseau embroussaillé. Elle avait, la perturbation passée, un aspect des plus normal. Sacha s'était foutu sur son séant, il farfouillait son sac à la recherche de quelques victuailles. Van le rejoignit. « Je pense que nous n'avons plus qu'à rebrousser chemin. Le bois sur le coté ne m'inspire pas plus que cette bizarrerie. » Entre deux bouchées de saucisson, son cousin parvint à lui répondre.
« Quel endroit étrange tout de même. Heureusement que tu as toujours été prudent, Van. Moi j'aurai passé à travers comme un con. » Ils partagèrent le reste du saucisson et un peu de café froid. « Rentrons au camp avant la nuit. Ce n'est pas aujourd'hui que nous trouverons notre passage vers des montagnes d'or. » Van serra son sac à dos, et avant d'emboiter le pas sur Sacha qui partait, jeta un dernier coup d'œil vers la prairie. Rien ne pouvait faire penser au phénomène dont ils avaient été témoins.
« Ni même demain, d'ailleurs » chuchota t-il en marchant.



Voila c'est pas grand chose, enfin ça ouvre le bal.

Docteur Tank

Messages : 1
Date d'inscription : 09/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Coincé ...

Message  Gelion le Dim 13 Déc - 18:39

Bonjour à tous,

Nouveau dans le monde de l'airsoft mais gniste et fan de Stalker je vous propose ma modeste contribution
Voici ma présentation chez BoB
http://forum.bandofbretzels.com/viewtopic.php?f=13&t=7373

A mon tour je post un petit récit, j'espère qu'il vous plaira .

A bientôt
_______________________________________________________________________

Cela doit être la fin de matinée, un petit matin grisonnant, froid, pluvieux. Cela fait plus d'une demi-heure que j'attends dans ce vieil hangar en taule. Le toit, dont une bonne partie s'était effondré, s'il ne me protégeais pas du froid, avait le mérite de me protéger de cette pluie glaçante, mais aussi et surtout de cet hybride énorme qui m'avait reniflé.
Comme un débutant je me suis fait surprendre, quel abruti je fais. Heureusement que ce qui reste de l'échelle permettant d'atteindre le grenier n'était pas à plus de deux mètres du sol. De justesse j'avais réussi à me hisser dans ce grenier avant que ce cette sorte de sanglier mutant ne me transforme en Hot Dog. Ma Kalash est resté en bas, j'ai vraiment tout faux. Si je m'en tire j'entends déjà les babilles du vieux Sergueï « Tu ne mérite pas de survivre dans la zone avec ce genre de conneries!! » Bon pour l'instant j'ai ma boite de corned-beef, et une bouteille de Vodka. Mon bon vieux Tokarev TT33 avec 5 chargeurs mais seulement 2 de plein donc 16 cartouches, c'est pas le Pérou Camarade. J'ai aussi plein de munitions … pour mon AK.
De toute façon j'ai le temps, je vais attendre tranquillement que ce monstre de plus 1,30m au garrot et au bas mot de plus de 100 kg se lasse et parte. Pour le tuer il me faudrait pas moins d'un chargeur complet de mon pistolet. Et ceci en pleine face et encore je ne suis pas sur que cela suffira.
Bon et puis le bruit attirerait du monde. Il parait qu'il y a quelques zombies qui rodent.
En attendant je passe le temps en écrivant sur mon pad.

Deux heures que j'attends, ce gros corniaud s'est endormi au pieds de l'échelle!! J'ai exploré le reste du grenier j'ai trouvé une petite lucarne . Je me suis dit que je pourrais m'enfuir par là. Cependant cela voudrait dire abandonner la Kalash , pas question je ne survivrai pas une heure avec un Tokarev et 2 chargeurs.

Quatre heures que j'attends. J'ai cru que le molosse était parti; Tu parles Tovarich, il a fait le tour du bâtiment en évitant la façade ou se trouve la petite lucarne, bizarre. Puis il est revenu se coucher devant l'échelle. Pas possible il veut ma peau.
La pluie s'est enfin arrêtée. Je n'entends plus maintenant que le ploc ploc régulier de l'eau s'écoulant le long de cette ruine, c'est le milieu de l'après midi le ciel est toujours couvert.

J'ai eu chaud, j'ai voulu descendre le long de la lucarne, mais par sécurité j'ai commencé par faire descendre, accrochée à une ficelle, une bouteille de vodka. Vide bien sur, je l'avais bu. Enfer la bouteille arrivée à un mètre du sol s'est arrêtée de descendre puis a commencé a faire des ovales au bout de ma ficelle. D'abord lentement puis de plus en plus vite , tandis qu'un doux sifflement au début puis de plus en plus strident se faisait entendre. L'air s'est troublé et comme épaissi avec des reflets bleutés, la ficelle s'est cassée. Ma pauvre bouteille s'est mise à tourner à une allure folle puis brusquement dans un coup de tonnerre, elle a explosé en mille morceaux. Du haut de ma lucarne j'ai ressenti l'air «m'exploser » au visage comme un ressort tendu qui se casse. Un air si chaud j'ai l'impression d'avoir pris un coup de soleil. Mon visage me chauffe maintenant. Tout est redevenu calme, ma bouteille a disparue.
Par tous les saints, une p... d'anomalie juste en dessous de la lucarne, je comprends mieux pourquoi cette .. chose, l'a évité. Mais maintenant il me semble distinguer quelque chose de au milieu de cette anomalie. Un truc qui semble légèrement luire lorsque je le regarde en coin. Oh non c'est pas vrai j'en ai découvert un.

La nuit va tomber la température a baissé ce sale sanglier mutant est toujours en bas. Impossible de bouger, et puis ce truc qui luit dehors, ça doit valoir un paquet de roubles, comment l'attraper. C'est la première fois que je trouve un artefact; moi Alexey Blokin.

Il fait nuit maintenant, après avoir mangé mon saucisson entier, et un peu de pain rassi, la tête me tourne un peu, il faut dire que je me suis enfilé une bouteille de vodka en une demi journée. Ça bouge en bas. Le mutant s'est mis à grogner . Je passe la tête par dessous le plancher de mon grenier, il regarde vers la grande porte du hangar, il a l'air inquiet et ne fait plus attention à moi. Ma Kalash doit être à 10 mètres de l'échelle sur la gauche. Je crois que s'il part ne serait-ce que une minutes je tente le coup je descends chercher mon AK.

Je suis foutu le sanglier s'est barré il a trouvé plus fort que lui et ce n'était pas moi. Des zombies je ne les vois pas à cause de la nuit mais je les entends, leurs pas trainant, le cliquetis de leurs armes contre les parois en taule, contre leurs membres dégingandés, leurs râles qui semblent provenir du fin fond de l'enfer, leur odeur aussi, on les sent à 15 km. Cette odeur pestilentielle qui me prends à la gorge, est insupportable. Ils doivent être 5 ou 6 et je suis sur qu'il y en a au moins deux dans la grange. Je crois que le pire finalement c'est de ne pas les voir, juste les deviner. J'imagine leur gueule défaite, leur yeux hagards, leur visage qui pourrait être celui d'un ami disparu. Vladimir Coska a disparu dans le coin personne ne l'a jamais revu, je suis sur qu'il doit être là. Je n'ose bouger surtout en pleine nuit. Je vais attendre le matin et la lumière du jour, là je tente le tout pour le tout. Je fonce récupéré mon Ak et je tire dans le tas. Je reviendrai avec des amis pour l'artefact.

J'ai perdu la notion du temps mais on doit être à la fin de la nuit, je suis tétanisé par la peur, ces zombies ne m'ont pas repéré , mais je ne bouge pas d'un pouce. Je suis sur il y en a deux à l'intérieur et au moins deux à l'extérieur, peut être plus. Ceux à l'intérieur ne bougent pas mais j'entends leur respiration difficile enfin est ce que ça respire ça, en tout cas ce lent râle me porte sur les nerfs. J'ai faim et soif, la tête ne me tourne plus, le soleil va se lever d'ici une heure.

Il était temps le soleil se lève, je n'en pouvais plus d'attendre et d'entendre cette sorte de mastication qu'ils font avec leur bouche. Ils mangent ? Rhaa j'ai envie de vomir, la nausée me prends, je n'ose imaginer ce qu'est ce bruit de mastication. Cependant le moral revient car le soleil pointe à l'horizon, enfin le ciel se dégage. Allez d'ici une heure je fonce.

Les deux zombies à l'intérieur bougent, enfin ils sortent du hangar , je vais y aller, foncer récupérer ma Kalash et courir comme un dératé pour quitter cette grange maudite.

Ça y est, je me suis barré, j'ai attendu cinq minutes une fois les deux zombies partis de la grange. Oh je les entendais bien à l'extérieur ainsi que les autres mais l'odeur avait disparue donc ils devait être à 20 ou 30 mètres. J'ai récupéré mon AK et je l'ai embrassé de joie, puis j'ai foncé vert le nord. Les zombies m'ont vu se sont retourné et avec les gestes lents ont tiré quelques coups avec leurs armes. Je leur les ai mis 60 mètres en deux secondes tellement j'ai couru comme un fou. Ils sont tellement précis dans leurs tirs sporadiques qu'ils rateraient notre gros Ruslan dans un couloir.
Je suis a 150m d'eux, ils ne bougent plus, ils ne doivent plus me sentir « Itit Dvayou mat » leur criais-je en dressant le poing.
Ma kalash prête à faire feu, je m'en retourne, soulagé, allez direction Cordon on rentre.

Un grognement, une charge brutale, ce p... de sanglier mutant … il m'a de nouveau surpris « dvayout m... »

Gelion

Messages : 2
Date d'inscription : 12/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concour : Récits de Stalkers

Message  Spetsnazer le Jeu 31 Déc - 1:15

(participation de DOWN, de france Airsoft)

13 Janvier 2007



Il me semble que le convois approche du mur, nous somme régulièrement contrôlé par l'armée. Je reste serains, il ne me trouverons pas.



14 Janvier 2007



On viens de m'apporter mon dernier repas compris dans le prix du voyage. Pain, saucisson sec, et une flasque de vodka. Je ne sais si c'est l'exitation ou l'environement, mais je commence a me sentir mal. Ce sera pour demain...



18 Janvier 2007



Mais qu'est ce que je fout ici. Depuis le 15, rien ne va plus. Le convois dans lequel j'ai voyagé est bien arrivé. Tout c'est déroulé normalement, enfin, suivant la normalité d'un endroit pareil. L'armée a ouvert toute les caisses. J'était pas très fier quand ils m'ont sortie de la mienne pour me foutre dans cette cage a chien qui sert de prison d'apoint. On m'a quand même donné de quoi manger, du pain, saucisson, de l'eau mélangé a la vodka. Quelque chose me dit que le régime alimentaire est pas varié ici. Tout mon matos a été réquisisioné, et je suis comme un chien dans cette cage, attendant d'être abbatue. Je peux même pas blamer cette ordure de passeur, il as respecté sont contrat : " je te ferais passer le mur, promis. " Effectivement, je suis bien passé.



20 Janvier 2007



Un convois viens d'arriver. Des mec vennue de l'intérieur sont en train de discuter avec un gradé. J'ai droit a un regard, quelque moquerie, et ils rentrent dans un cabanon. Mais c'est qui ces mecs ?





1er Février 2007



Ma montre est morte, j'avais pourtant changé les piles avant de partir. Plus de 2 semaine que je suis la. J'en peux plus, le pain n'a plus de goût, et le saucisson me fait vomir. Seule les goutes de vodka ont de la saveur. Tous est pourris et mort ici. Les soldats ne parlent jamais, ils sont a peine plus en forme que moi. Je ne peux pas m'empêcher de penser que j'ai fait la plus grosse connerie de ma vie en vennant ici. Encore 2 semaine, et je serais mort.



3 Février 2007



Beaucoup d'agitation aujourd'huis. La nuit dernière, un convois est arrivé en retard, ils évitent d'arriver la nuit normalement d'après les dires d'un soldat. Apparament, quand on donne un gros paquet de fric aux gradé de l'armée, ils n'ouvrent pas les caisses. Si je sort d'ici, je m'arrangerais pour tuer de chacal de passeur. Je me suis rendu compte que le paté en boite, même périmé, est tellement savoureux suite a mon régime saucisson. Demain, ils ont parlé de recevoir un convois de ravitaillement.



4 Février 2007



Le convois est arrivé en début d'après midi, les soldats ont eu l'air content, mais très peu de temps après, des coup de feu ont éclaté.



4 Février 2007 ( plus tard )



Je ne sais pas si je dois maudire ou bénir cette balle perdu. D'un côté, elle a explosé le verroue de ma cage, d'un autre côté, elle les eclats ont explosé mon ventre. Liébéré de la cage, j'ai foncé vers les hangar, et très vite trouvé mon sac sur une caisse. Pas le temps de moisir ici, un explosion me rappelle que certain s'amuse a se tuer a l'extérieur, et que je veux pas jouer avec eux.



6 Février 2007



Enfin, je crois. Je sais pas comment, mais je m'en suis sortie. J'ai du extraire les bout de métal de mon ventre, et aussi une bastos dans ma jambe. Je boite un peu, mais ça ira.

Mon abris de fortune est suffisament isolé pour que je puisse dormir. J'ai juste était réveillé ce matin par le bruit d'un hélico qui survolait la zone. Les bidasses doivent pas me rechercher outre mesure, mais les gars qui ont foutu le bordel la bas, je donne pas cher de leur peau si ils les retrouvent.



14 Février 2007



Voila 10 jours que je suis libre d'être prisonier de la zone. J'ai bien repérer le terrain les jours dernier, même trouvé du matos sympa. Les bidasses ayant subtilisé mon armement, j'avais que mon couteau dans le sac. Et plus un kopec. Les poches interne secrette ou j'ai mis mon fric n'était pas une si bonne cachette. Mais bon, j'ai trouvé un cadavre d'un parfait inconue, et son fusil a pompe a l'air de fonctionner, tout comme sa montre. Et la boite de cartouche semble presque neuve. J'ai aussi rencontré mon premier mutant. A la base, ça doit être un chien, et ça semble inofensif, même si c'est moche. Je dois sembler inofensif aussi, il me suis partout...



21 Février 2007



J'ai beaucoup bougé ces jour-ci. J'ai croisé une ferme abandonné dans un marais, trouvé une bouteille de vodka, et quelque boite de conserve dont la date de péremtion est illisibe. Le saucisson me manque. J'ai aussi aperçu des mec louches avec mes jumelles, ils avaient des pistolets mitrailleur, et ne semblaient pas être partisant des conversation de salon. Logiquement, j'aurais du me tirer dans la direction opposé, mais c'est pas comme ça que j'avancerais.



22 Février 2007



Après une nuit de marche, dommage que je n'ai pas d'appareil photo, c'est très beau la nuit ici, plein de lumière qui bouge, ou qui vous suivent aussi. Bon, ça c'était flippant, mais le ciel était vraiment sublime. Les gars d'en face semblait s'en foutre royalement. L'aube est arrivé, je suis vané, les autres aussi. Je me demande ce qu'ils veulent faire.



Il doit être midi passé, les gars d'en face s'agite un peu. Un nuage de fumé sur la route indique qu'un convois va passer. Ces mecs sont louches, surement des bandits.



23 Février 2007



C'était bien des bandits, et le convois était vachement bien protégé. Les 4 gars a peine eu le temps de briser les vitres du premier camion que douze gars bien équipé les mettaient au tapis. Ils ont récupéré le matos, et sont repartis. En ce moment je fait une pause saucisson que j'ai trouvé sur un bandit, et je continue de suivre les traces du convois.



24 Février 2007



La nuit n'était pas calme. Ya même un gros rat qui a voulu s'attaquer a mon sac de couchage, mais pavlof en a fait son repas. Brave bête.

J'ai reperé un " village " et il semble correspondre au premier campement civilisé depuis la base de l'armée près du mur. Vue les équipements, c'est pas des bandits. On va y aller cool, et tenter de visiter ! Amen...





2 Mars 2007



Les premiers contact ont étais correct. C'est un camp neutre, et tout semble normal ici, sauf le champ à côté qui crache du feu quand on s'en aproche. Le gars qui dirige ici, c'est Oleg, un gars du coin qui est la depuis le début. Sa tronche est moins sexy que Pavlof, mais il est au moins aussi sympa. Il m'a expliqué comment ça se passe dans la zone, les différentes faction, les connards de bidasse a éviter ( sans blague ) les bandits stupide, dont la démonstration tactique me fait encore rire. On m'a demandé pourquois j'étais la, comment j'avais fait pour rentrer, etc... mon épopé a fait rire quelqu'un, mais le but de mon entré ici n'a surpris personne. Ils ont tous le même objecif, mais moi j'y arriverais.



6 Mars 2007



Faut que je me prépare, on par en mission près de l'ancienne usine a côté de la voie ferré.



Je suis pas mort, mais c'était pas loin. On vennais juste de déloger les mutants, dont un truc invisible qui a le chouette petit nom de sangsu, saleté de bestiole, quand le ciel est devenu rouge. Le sol a tremblé, une anomalie est apparu a la place de la porte en déchirant la tôle. La peur de ma vie. Quand ça c'est arrété l'anomalie bloquais toujours le passage de la porte. On a du sortir par les fenêtre.



20 Juin 2007



Le temps passe vite ici, et on vit vraiment au jour le jour. Pas mal de chose ont changé, la Liberté a repris la colline au bunker la semaine dernière, et on a vu un convois se faire attaquer par les taré du Monolyth. J'ai réussis a revendre quelque artefact a un scientifique d'un certain labo X machin. Je vais pouvoir me payer quelque bouteille, et changer le canon de mon L85. Si je gagne encore assez de fric, je pourrais peut être monter une expédition avec quelque solo, et titiller la zone frontière. Faudrais une trentaine de mecs en exo avec lance grenade et fusil d'assault lourd. L'idéal serais de choper un helico au bidasse, mais faut pas rêver, on se ferais descendre juste après la décharge... Putain, quelle merde.



27 Juillet 2007



Pavlof est mort, un débile du devoir trop zélé. Je sais ou je vais l'entérer, dans le marais. Mais que vais-je faire de la tête de ce con ? Son matos m'a permi de payer quelque bouteille pour noyer mon chagrin.



1er Décembre 2007



Jour de neige, c'est rare ici. Avec les radiations, il fait rarement très froid, mais la, il pèle. Si le temps se réchauffe, on aura surement droit aux pluie acide. Heureusement qu'on a déloger un groupe de bandit des vielle mines. C'est pas l'endroit idéal pour le confort, surtout a cause de l'odeur, mais il fait chaud.



12 Decembre 2007



Jackpot total. Presque une année que je suis dans cette boue dégeu, mais je sens que je vais enfin y arriver. Des gars de la liberté ont forcé un passage dernièrement, et il cherche du monde pour tenir la zone. C'est un début, putin de bonne nouvelle. Je vais fêter ça avec quelque bouteille.



13 Décembre 2007



On est arrivé sur place hier soir par la forêt. La zone était blindé d'anomalie, on a perdu un temps fou a vérifier qu'on pouvaient passer sans danger. Sur place, un vrais carnage, les gars de la liberté ont pas gardé leur ouverture. Vue le ménage qui a était fait, je dirais merco'ou stalker militaire. On a récup' un peu d'leur matos, un acog sur le L85 c'est pratique, quelque munition, bouffe, vodka, et on est rentré au campement. On vendu l'information que l'ouverture était fermé au barman, ça paye pas des masse, mais ça évitera surtout que les tête brulé crèvent trop rapidement. La chair fraiche est rare ici, alors on envois pas trop les copain dans le hachoir. On a quand même trouvé un taff pour la semaine, escorter un convois de mun' pour les scientifiques de Yantar. Bien payé, boulot peinard, faut manger.



14 Janvier 2008



Et voila un putain d'année que j'suis ici. Pour fêter ça, j'suis aller éclater quelque tête de bidasse dans le cordon. Depuis le temps, j'compte plus les mecs que j'ai foutu a terre.



23 Janvier 2008



Cette fois, c'est du sérieux, une blouse blanche de Yantard cherche des taré pour activer un générateur d'onde alpha qui se trouverais en sous-sol. Un vieux truc expérimental d'une ancienne base scientifique classé top secret. C'est peut être trop sérieux d'ailleurs, je vais pas le faire. On va plutôt filer un coup de main dans le marais, les bandits se font plus virulent depuis quelque jour...





24 Janvier 2008



Mais qu'est ce que je fou ici ??? je saigne trop pour qu'un simple bandage me sauve, j'crois que jvais y rester................





..............................





putain de sniper, il étais planqué où ? Combien de temps je suis resté dans les vapes ?







9 Mars 2008



Mon épaule me fait encore mal, mais ça m'empêche pas de dégomer a vue ces batard de bandits.

Cette fois-ci, j'ai trouvé une bonne vois pour me rendre au coeur de la zone, j'ai été engagé, et donc payé pour. c'est parfait. On part dans 1 semaine, on sera 20, et on aura un support routier avec un transporteur blindé qui assurera une partie du ravitaillement et campement provisoire. Je me demande si je vais pas me tirer une balle si ça foire. Marre de cette merde.



20 Mars 2008



On est partie en retard, a cause d'un souci mecanique. Mais on a franchis rapidement et sans trop de difficulté le passage vers Pryatt. La bas, les gars du Monolyth ont pas cherché a comprendre, ils ont fait feu tout de suite. On étaient content d'avoir une mitrailleuse lourde sur le blindé.





26 Mars 2008



On a tenus 3 jours à Pryatt, pas mal pour la bande de bras cassé qui devais monter la garde. Le Monolyht a des ressources, c'est certain. Des armes expériemental, de l'armement super morderne, et des exo super protecteur. J'ai juste dégommé quelque gus, et pas vraiment récupérer du matos de pointe. Yavais quelque artefact de valeur, je vais essayer d'en tirer un max pour achter des munition perforante. J'ai entendu une rumeur sur un mec dans la décharge qui bricole pas mal, je vais voir si ses services peuvent être intéréssant.



27 Mars 2008



Les services du loup rouge semble très intéréssant, suffisament pour qu'il se fasse choper par une bande de bandit. On se demande comment ils ont réussis leur coup pour une fois. Je vais tenter de trouver sa prison, j'aurais peut être une réduc...



28 Mars 2008



Le Hangar était bien remplis, j'ai du finir le travail au berreta. J'ai pris quelque bastos, mais mon gilet a bien fait son travail. J'ai trouvé le loup rouge dans les sous-sol. 12 mecs pour sequestrer un bricoleur, ils doit être doué quand même. Même si j'ai grillé toutes mes cartouches de 5.56, j'ai trouvé assez de fric sur les cadavres pour me renflouer largement. Le loup est en train d'améliorer mon arme gratis en remerciment, il est hors de prix sinon. Bonne affaire, et bonne journée dans l'ensemble.



30 Mars 2008



Mon L85 est une merveille depuis son passage chez le bricoleur. Avec quelque collègue, on a passé l'après midi a tenir l'armée a distance du campement près du cordon. On sais pas pourquoi ( pas encore ) mais ils ont décidé d'augmenter leur zone d'influence, et ça passe par ici forcément. Le marchand du coin nous a généreusement remercié. Oleg a carrément proposer qu'on leur rentre dans le lard ( ça change du saucisson ) et qu'on prenne leur base d'appoint a l'Ouest. Si on y arrive, ça motiverais peut être quelque Solo pour se regrouper et monter quelque chose de sérieux pour arriver a la central. De toute façon, les bidasses ne peuvent pas nous sentir, ils finiront par nous mettre au tapis si on fait rien.



7 Avril 2008



On l'a fait. Avec 15 gars, on est arrivaient au petit matin. Takaref a dessoudé 2 mirrador avec son SVD. Approche tranquil l'alarme n'a pas était donné. On a avancé discretement et balancé quelque grenade par dessus le mur pendant que 4 gars couvrais l'entré principal avec Rpk pour nettoyer large, et L300 pour plus de précision. Il devais y avoir 30 bidasses, ces salaud ont vite réagis. Les explosion de grenade avais déchirer un baraquement, au moins 7 gars n'ont pas eu le temps de penser a sortir leurs AK 74. On a foncé vers le bâtiment principal pour investir les étages, et contrôler le toit. Histoire de shooter un éventuel renfort de troupe par la route. Un gradé avait fait bloquer les portes, mais rien qui ne résiste a un grenade bien placé. En explosant, j'ai quand même reçu un éclat dans la tronche. Encore une cicatrice, je vais finir par ressembler a Oleg. Les pti gars derrière ont pas fait long feu, et le gradé s'est pris 3 bastos bien placé dans le bas ventre avant de pouvoir épauler sa 74su. La base a était nettoyé rapidement après ça, et le camion de renfort a reçu quelque plomb dans le moteur avant d'arriver a notre porté. Faudrais que j'achète un vrais sniper aussi. L'après midi on a fouillé l'ensemble de la base, et mis les mort dans un camion. Rien trouvé d'interressant sinon, le coffre du gradé était vide, sauf cigarette et vodka de bonne qualité.

C'était une belle opération, juste quelque blessure, pour les moins chanceux. Si on devais y passer prochainement, on sais que ça restera quand dans la légende. 15 Stalker qui prennent une base de l'armée, c'était magnifique.



5 Mai 2008



L'armée nous en veux vraiment, tous les jours c'est un échange de différent calibre. On a du stock de muntition pour 5.45 et 7.62, mais pas de 5.56 pour mon L85. J'ai vite chosis une une AK74s d'ici que je m'approvisionne en muition OTAN. C'est pas trop mal, ça me rapelle mes début dans la zone. On a reçu quelque gars pour nous tenir la base, quelque Stalker débutant qui ont envie d'action. Trois sont mort depuis le début de cette affaire. Le truc qu'on comprend pas, c'est l'helico de combat qui passe de temps en temps pourrais lacher quelque roquette et tous nous exploser. C'est ce que je ferais a leur place, sauf si ya des choses importante a sauvegarder.



12 Mai 2008



Ces foutu militaires et autre Etat Généraux ou Politique de mes deux sont complètement taré. Il faut vraiment être complètement dégénéré pour entreposer 4 missile nucléaire. J'ai trouvé les plan du bâtiment dans les dossier, dépot de munition, bureaux, dortoire, etc... mais aucune info sur le sous-sol, ni sur le monte charge caché derrière un faut mur. en bas, c'est deux cadavre mort de faim qu'on a trouvé, les missiles, et une salle de commandement ou il était expliqué comment positioner au mieux les 4 charges pour entrainer une réaction en chaine qui devrais détruire la zone entièrement

et on étudais différente possibilité pour faire venir du ravitaillement…





a suivre….
avatar
Spetsnazer
Orga

Messages : 459
Date d'inscription : 24/08/2009
Localisation : Colmar (68)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concour : Récits de Stalkers

Message  Punisher le Sam 2 Jan - 13:57

Plop, ma modeste participation

09/06/2010


Sergeï m'a encore tanné à propos de cette "zone" dans laquelle il aimerait partir, il commence à m'enerver si ça continue je changerait de bar pour picoler, c'est pas les rad qui manquent dans le coin...Cela dit il m'intrigue d'après lui l'armée aurait fermer sa "zone" à cause de richesse, d'objet transformer qui auraient des pouvoirs spéciaux et qui se vendraient à prix d'or, si il était pas autant imbiber d'alcool quand il me parle de ça je le croirait peut être mais en attendand j'ai un peu de mal..

12/06/2010


Encore et toujours la même histoire"un jour tu verras j'arriverai à y entrer et je deviendrai riche!" pauvre Sergeï j'ai l'impression qu'il raconte toujours la même histoire à tout le monde.Cela dit ce soir il était un peu plus sobre et il m'a parler d'un homme qu'il avait rencontrer,un "stalker" qui aidait les gens comme lui à passer outre les barrages de l'armée pour entrer dans la" zone",il doit le rencontrer demain. Une chose est sûr j'y serai, plus ça vient et plus je commence à croire que cette "zone" éxiste ou alors c'est un mec qui a entendu son histoire et qui compte l'arnaquer,j'en serai plus demain.

13/06/2010


J'y crois pas, le mec que Sergeï rencontré est vraiment un passeur et la "zone" éxiste vraiment,petit détail que Sergeï avait ommis de préciser:la zone est en faite la quarantaine autour de Chernobyl et le mec demande cinq mille rouble, j'ai bien envie de me lancer dans l'aventure mais si c'est pour y laisser la vie et mon pognon ça vaut pas le coup,je vais me reposer un peu,j'y verrai plus clair à tête reposer que maintenant.

14/06/2010


C'est décidé j'y vais!le temps pour moi de réunir l'argent, nous partons le 20 avec Sergeï.Il m'a dit qu'un de ses contacts pourrait nous fournir des armes,des pistolet automatiques de l'armée Russe juste "au cas où".On embarque à neuf heure le matin et on passe le barrage vers onze heure, j'espère que tout se passera bien et qu'on s'en mettra plein les fouilles, le passage vers l'autre coté coûte dèjà assez cher comme ça.

19/06/2010


Je suis tout éxister, le depart est pour demain et mon sac est prêt, j'ai pris le strict minimum: une couverture, une petite trousse de première urgence, des vivres et bien sûr le pistolet que Sergeï m'a filé.

20/06/2010


Je viens d'embarquer dans le camion,le stalker nous a assuré que l'armée ne le fouillerai pas et qu'on passerait sans problème, il a l'air honnête et je le crois de toute façon je n'ai plus le choix je ne peux plus reculer.

21/06/2010


Tout s'est passé très vite,le camion s'est arreté le temps pour le chauffeur de graisser la patte au soldat de garde quand les premiers coups de feu ont retentis,des mecs ont attaqués le poste de sécurité et Sergeï s'est pris une balle,il est mort sur le coup.Le stalker qui conduisait m'a dit de le suivre mais le temps de sortir du camion il s'était pris une balle,tant pis pour lui en attendant j'ai récuperé son AK et son argent, il n'en rester plus beaucoup apparement il avait dèjà filer un leger pourboir au militaire ensuite je me suis barré en courant, j'ai juste eu le temps de voir un des attaquants,il portait une parka allemande,je l'ai reconnu au camouflage,il portait aussi un patch avec une tête de loup sur la capuche,Sergeï m'avait parler d'une guerres entre gang dans la "zone" mais je ne pensait pas tomber en plein milieu aussi vite.Le plus bizarre est que dans ma fuite je me suis senti bizarre,à un moment je me suis arreté net avec une migraine pas possible et j'ai vu la lumière...sur le coup même si ça parait un peu clicher j'ai cru que je venais de mourir mais j'ai reculé et plus rien,juste la migraine qui persistait, je me suis trouvé un coin pour dormir et j'ai passé la nuit là, avec les vivres que j'ai je ne tiendrai pas longtemps...

02/07/2010


C'est de pire en pire,hier j'ai croisé un sanglier d'un quintal qui à essayé de me charger,si je n'était pas grimpé dans un arbre je serai mort.Qu'est ce que c'est que cet endroit?

03/07/2010


J'aurai dû laisser le sanglier m'embrocher, j'ai plus de vivre, un demi chargeur de AK et deux de pistolet,j'irai pas loin avec ça.Qu'est ce qui m'a pris de venir ici?

05/07/2010


Faim...tellement faim...si.. mange...pas...mourir

06/07/2010


envie de me coller le flingue dans la bouche...en ai marre...veux mourir...aucune nouvelle des allemands...zone vide

09/07/2010


J'ai trouvé un camp! ou plûtot c'est eux qui m'ont trouvés, des stalker neutres ici pour la même raison que moi, pratiquement aucun d'entres eux n'ont trouvés d'objet de valeur ou "artefact" comme ils disent,j'ai pris un bon repas je me suis reposé et je me sens d'attaque.J'ai dépensé mes derniers roubles pour acheter quelques balles et à manger des conserves "mystère" comme dis je vendeur," on ne sais jamais sur quoi on va tomber ou si ce sera pas périmé" c'est toujours mieux que rien.

10/07/2010


J'ai parlé des allemands arborant un insigne à tête de loup au chef du camp, en fait ce sont de simples stalker réuni en "faction", ils s'appellent eux-mêmes libertés et pensent que les militaires dévellopent des armes dans le réacteur quatre de la central,'est pour ça que les militaires empêches quiconque de s'approcher de la central,il m'a fait un rapide topos sur les autres factions de la "zone" militaire,Devoir,Monolite,bandit et autres,moi qui pensais que la "zone" était déserte je me rend compte qu'elle a une polulation assez riche et variée.

14/07/2010


Je suis parti en mission avec trois autres stalker, une bande de bandis attaque à vu les stalker qui passent à leur portés avant de les détrousser,il faut que ça cesse.

15/07/2010


Nous ne sommes plus que quatre du camp,moi et les trois autres avec qui j'ai attaqué les bandits, l'armée à attaqués le camp pendant que nous étions parti ne laissant que ruine et mort, je suis persuadé qu'ils ont attaqués en représaille à l'attaque de la liberté, il le paieront, je retrouveront où les mecs de la liberté sont et les rejoindrai, si l'armée veut anéantir les stlker de la zone ils auront affaire à nous,j'en ai parlé aux autres et leur ai expliqé pour l'attaque et ils sont d'accord avec moi pour rejoindre la liberté, l'un d'entre eux a dèjà eu affaire à eux et a des contacts là-bas,seul bémol il faut traverser les marais et le firmament n'acceptera pas de nous laisser passer.Le firmament est une faction qui à prit place dans les marais, les "hommes en bleu" auraient été envoyé par les Nations-Unis qui leur fourniraient équipement et munitions,j'ai peur d'y laisser ma peau mais on ne peut pas laisser l'armée tuer des stalkers comme ça, je n'ai pas le choix alors il faudra traverser vite.

17/07/2010


Nous ne sommes plus que deux,par chance celui qui a les contacts est encore vivant les autres le premier a été bouffé par une créature indescriptible le second par les "hommes en bleu",nous avons fuis et avons par je ne sais quel miracle réussi à traverser,la "zone" ne s'est pas encore lassé de nous, je ne vais pas m'en plaindre et de toute façon je n'en ai plus le temps les hommes de la "liberté" ne sont plus qu'a quelques heures de marche mais pour l'heure nous allons établir un camp de base ici,l'endroit a l'air vierge de toute anomalie et de toute créature.

18/07/2010


L'autre stalker est partie le premier engagé le contact, à première vue les hommes de la liberté semblent heureux de la venue de renforts, leur guerre contre le Devoir leur coûtant cher en hommes et en ressource nous ne sommes pas de trop. Cependant nous devons d'abord faire nos preuves, l'après-midi même un raid était organisé contre un convoi de l'armée, les militaires et le devoir faisait un petit arrangement discret,des fusils d'assaut et des munitions.Les hommes du Devoir seraient une dizaine et les militaires à peu près autant, l'occasion de faire mes preuves et de prendre ma revanche contre les militaires,départ a treize heure nous sommes un groupe de quinze, les autres m'ont refourgués quelques chargeurs de AK mes munitions personnels étant trop limités.

19/07/2010


La participation au raid d'hier a eu l'effet escompter,les hommes de la liberté nous ont acceptés,nous n'avons eus que quatre pertes et avons annihilés les ennemis, dans le cmion de marchandise j'ai pu récuperé un lr300 et des munitions,la bête est bien plus performantes que mon vieu AK que j'ai soldé contre deux saucissons à la réserve,l'avenir se présente mieux qu'à mon arrivé cet après-midi je reçoit mon patch et mon équipement.

20/07/2010


Je fais désormais pleinement partie de la Liberté, je pars en mission cette après-midi encore, des éclaireurs de l'armée ont été aperçu a 20km de notre position,il faut les abattre pour rendre aveugle les autres troupes comprenant deux chars et une jeep,si ils arrivent à nous trouver je ne donne pas cher de notre peau, les autres m'ont expliqués que les expeditions punitives de l'armée étaient fréquentes

21/07/2010


Nous avons eu chaud,il faut déménager le campement où nous seront les prochaines victimes de ces putains de militaires, pendant la bataille l'un des éclaireurs a eu le temps de contacter les autres et ils ne vont plus tarder à arrivésnje pars en éclaireur dans un quart d'heure et j'espère que nous n'auront pas de problème pour fuir,nous pouvons simplement nous débarasser des soldats mais les chars d'assaut risque de nous décimer avant que nous ayons pu appuié sur la gachette.

22/07/2010


Survivre dans la "zone" est une lutte au quotidien, nous avons réussis à fuir mais de justesse, une heure de plus et nous étions écrasé sous les chenilles des blindés, le chef de la faction m'a nommé éclaireur pour les prochaines missions auquelles je participerai, à première vu il est content du travail que j'ai fournis avec trois autres hommes de la faction pour dégagez un passage à travers la zone à coup de boulons et de balle pour trouver un nouvel endroit sûr pour nous abriter,je pense que nous pourrons rester ici un moment.

23/07/2010


On est mal barrés, nous sommes partis en reco afin de nous assurés que les environs étaient sûr et en entrant dans un bunker nous avons été bloqué par une anomalie,nous sommes piègés ici et sommes forcé d'explorer les tunnels sous le bunker afin de chercher une sortie pour ne pas mourir comme des rats.

24/07/2010


Je commence vraiment à flippé et je suis pas le seul, j'avais dèjà vu des pseudo-chien et des sangliers mutant mais ça ça dépasse l'entendement même dans la zone!Nous avons entendus des hurlement dans les profondeurs des tunnels, des déchirements inhumain venant rompre le bruit régulier de nos pas dans l'eau croupis, nos lampes peinant à percer l'obscurité des lieus nous avançons petit à petit prenant bien garde de ne pas tomber sur la réature qui rugisser.

29/07/2010


Nos vivres s'épuisent, l'horreur a atteint son paroxysme cette après-midi quand l'un des notres s'est fait attaqués par le mutant,il était de forme humanoïde et un bruit perçant racla sa gorge avant qu'il n'attira à lui sa malheureuse victime, nous avons entendu ses plaintes d'agonie une demi-heure durant avant que la bête ne se lasse de son jouet et ne le tue, des mutants avec des pouvoirs psy, jamais je n'avais entendu parler de ça, je ne pense pas qu'il y ait jamais eut de survivants pour raconter une rencontre avec une créature de cette forme.

07/08/2010


Je n'en peu plus, je tourne en rond depuis des jours, les deux autres survivants qui étaient avec moi sont mort dans une anomalie,je tourne comme une âme en peine à la recherche d'une sortie,je doute qu'il en éxiste une mais si je m'arrete je ne pourrai plus me remettre en marche,je ne sais dèjà pas par quel miracle je suis encore en vie ni par quel miracle la crèature ne m'a pas encore retrouvé.

12/08/2010


Je suis en vie...un groupe de recherche de la Liberté m'a retrouvé dans un tuyau à moitié noyé et m'ont ramenés au camp,comment ai-je réussis à survivre là-dedans?Une chose est sûr je ne retournerai jamais dans un bunker même pour tout l'or du monde!Le chef m'attend pour faire mon rapport,il faut qu'il sache ce qui se cache dans les profondeurs de la zone, qu'il sache ce qui menace ses hommes si jamais de tels créatures se balladent en liberté pour que ses hommes se méfient et n'approchent pas du bunker.

13/08/2010


Après avoir expliquer mes mésaventures dans le bunker nous avons convenus qu'il valait mieux scélé l'entrée de celui-ci et placer des charges explosives dans le tuyau dans lequel on m'a trouvé.

28/08/2010


Il y a pas mal à dire, je suis partie en mission et j'ai oublié de prendre ce journal avec moi.Pour commencer nous avons rencontrés des hommes du Devoir, notre but initial n'était pas de chasser ces hommes mais nous en avons profités pour les liquidés,notre mission initiale était de récuperer un artefact rare pour le revendre et acheter du materiel seulement nous n'étions pas seul sur ce coup, toute les factions de la "zone" s'étaient donnés le mot pour nous mettre des batons dans les roues.Tout d'abord des mecs du Devoir nous ont suivis, pour se venger de l'assassinat de leur compagnon et pour savoir ce que nous faisions sur place.Ensuite nous avons repèré des mercos', probablement enrolés par des scientifiques pour un bon prix.Et pour finir il y a eu le monolithe, les derniers auquelles je m'attendais étaient bien ceux-là, d'habitude ils étaient plus profondement implanter dans la zone, mais pas de doute c'était bien eux. C'est à ce moment là que j'ai regretté que nous ayons tués ces gars du Devoir, leur remplaçant plus nombreux avaient compris qu'il se tramait quelque chose dan le coin et ils ont finalement décidé de nous attaquer la nuit, les tirs ont attirés ces fanatiques du monolithe pendant que les mercos' qui faisait profil bas tentaient de récuperé l'artefact en évitant la melée.Tout se dérouler plûtot bien contre les mecs du Devoir mais les autres ont fait un massacre dans nos rangs, nous nous sommes finalement repliés plus loin pour nous réorganisé. Fort heureusement le monolithe ne nous suivit pas bien trop occupé à se battre avec le Devoir, nous en avons profités à notre tour pour nous éclipsé. Les mercos' étaient descendus dans un bunker similaire à celui dans lequelle j'avais rencontré la créature qui hante toujours mes rêves la nuit, pas question de descendre là dedans,plutôt creuver ici!Nous avons donc tendus une embuscade aux mercos dans l'éventualité où ils sortiraient vivant et avec l'artefact.Nous avons attendu trois jours,les mercos ne sont pas sortis, le Devoir était hors course et le Monolithe avait disparu, j'ai l'impression qu'on s'est fait baisé sur toute la ligne et on est rentré bredouille.

29/08/2010


RAS, pour une fois c'est plutôt calme,esperons que ça dure,deux trois jours de repos me tueront pas,je pourrai dormir quarante huit heure d'affilé.

30/08/2010


J'ai l'impression que le chef me fait la gueule, depuis que je n'ai pas réussi à ramené l'artefact c'est à peine si il m'adresse la parole.

02/09/2010


Petite patrouille de prévue cette après-midi, j'ai l'impression que la routine s'installe c'est pas bon signe ça,de plus depuis que je suis là nous n'avons pas raiment fait d'action direct contre l'armée, a part une attaque de convoie ils vivent peinard et je deteste ça.

05/09/2010


Mon voeux va enfin s'exaucé! Cette après-midi un convoi de l'armée doit passer,des gardes armés et un char, c'est plutôt rare qu'ils ne prennent qu'un char avec eux, je ne sais pas ce qu'ils viennent foutre ici mais c'est un cadeau du ciel.Nous avons prévu de l'attaquer vers quinze heure,il faudra être rapide, deux snipers s'occuperont d'empecher les militaires de se servir de la mitrailleuse en tourelle pendant qu'avec une vingtaine d'autre gars s'occupent des autres,si on arrive à récuperé ce tank en bon état on pourra tenter de détruire un des avant poste de l'armée, si nous arrivons à faire une percée dans le mur qui nous sépare de l'autre côté la zone sera libre d'accés à quiconque voudra rentrée,certains neutre risque de se rebellé car si ils ne peuvent plu faire entrée de gens clandestinement ils auront un manque à gagner mais ça en vaut la peine.

06/09/2010


Nous avons réussis! les prochains jours risquent d'être dur,nous avons neutralisé tout les gardes et le char est à nous,seul bémol:trois obus ne suffiront pas,il en faut plus mais le chef dis qu'il a un contact à l'exterieur qui pourra nous en fournir,wait en see donc.

14/09/2010


Les militaires sont sur les nerfs,ils patrouillent fréquement en tuant tout ce qu'ils trouvent sur leur passage, pire que d'habitude.

19/09/2010
l

es obus sont arrivés,demain nous partons a l'assaut,je suis stressé et je suis pas sur de réussir à trouver le sommeil,j'ai nettoyé entierement mon lr300,vérifié mes munitions et tout le reste de mon matos.

12/10/2010


Nous avons tenus moins d'un mois, avec le char nous avons réussi à percé le mur d'enceinte qui encercle la zone mais l'armée ne nous a pas laissé le controle trés longtemps,au bout d'une semaine ils ont tentés une incursion que nous avons repoussés de justesse mais la deuxième semaine une colonne de blindé est arrivée droit sur nous, à balayé notre char et une bonne partie des stalkers présent.Pendant une semaine j'ai erré dans des égouts tremblant de peur a l'idée de voir arrivé le monstre psy que j'avais rencontrer dans les souterrains sous le bunker,j'ai finalement réussi a sortir,j'en ai marre il faut que je dorme.

15/10/2010


Cela ne fait que quatre mois que je suis dans la zone et pourtant j'ai accompli beaucoup de chose.J'ai rejoins la liberté,combattu pas mal de monde de differentes factions,voler un char et réussi à faire une bréche dans le controle que les militaires ont sur la zone.Pourtant rien de ce que j'ai fais n'est vraiment utile,le mur a été rebati, les hommes que j'ai tué ont été remplacés,le char détruit et je commence à me sentir mal, les hommes de la Liberté avec lesquels je parlais ne m'adresse plus la parole depuis que je les ai envoyés boulés pour la dernière mission en date,je ne sais pas ce que j'ai mais j'ai interet à me ressaisir si je veux pas y rester.

20/10/2010


Marre de cette faction de merde,il n'y en a pas un pour rattraper l'autre,tous des branc!

01/11/2010


J'ai quitté la Liberté,un homme m'a enervé,j'ai haussé la voix et il est passé au travers la tente en face de moi sans que je ne le touche,je me sens de plus en plus mal.

15/11/2010


J'entend des voix,je ne sais pas si c'est dans ma tête ou si elles éxistent vraiment mais j'entend des voix,l'autre jour j'ai rencontrés un neutre et sans qu'il ne parle j'avais l'impression de lire dans son esprit,c'est vraiment bizarre

07/12/2010


Je n'en peux plus, j'ai envie de m'ouvrir le crâne pour ne plus entendre ces voix, toutes les nuits je fais le même cauchemard,le mutant psy m'attire à lui,me mord et m'envoi valser dans l'eau,je dérive et plus rien...

10/12/2010


Zone...corrompue...hurlement...déraciné des arbres........journal...........seul chose qu'il reste.......envie de mourir......balle inefficace

EDIT:désolé DOWN si notre arrivée dans la zone commence pratiquement pareil mais je n'avais pas fais gaffe à ça.

Punisher

Messages : 1
Date d'inscription : 01/01/2010
Age : 24
Localisation : Saint Pol sur Mer

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concour : Récits de Stalkers

Message  Jewok le Lun 4 Jan - 14:17

Ma petite participation, j'avais peur d'être en retard, avec les fêtes tout ça j'avais zappé ce concours! Faut dire qu'on s'est fait une sacrée fête avec la Liberté, on avais même fait passer un peu de champagne d'Oural!

C'est une romance épistolaire pour Stalker au coeur tendre. ça pourra vous servir pour convertir votre copine ou votre mère à Stlaker pig
J'espère que ce n'est pas Hors sujet et que ça rentre dans le concept de "journal ou de lettres intimes". Sinon bein tant pis! :p

______________________________________________________________________


Correspondance de Mikhaïl Selivanovitch Chaikovski à Sniejana Alekseïovna Chaikovski

______________________________________________________________________

Vitsebsk - Biélorussie - le 14 avril 2011

Ma tendre et chère Jana,

Quand tu trouvera cette lettre, je serais partis. Inutile de crier, de courir ou d'appeler à l'aide, je serais trop loin. Je laisse cette lettre sur le coin de ce lit si chaud que je quitte, a coté de ce si joli visage que j'ai tellement aimé. Ma décision est prise, je l'ai réfléchi tout l'hiver, je profite du regain pour la mettre a exécution. Ne t'inquiète pas, ce n'est pas toi que je quitte! Au contraire, je part pour toi, et pour l'enfant que tu attends. Je serais rentré pour sa naissance. Je veu pouvoir le voir grandir à nos cotés, ailleurs que dans cette banlieue miséreuse.
Ma Jana, j'ai décidé de me ranger, d'arrêter les bêtises. Mais avant, il me faut accomplir une dernière chose, afin de ne plus jamais souffrir du besoin et devoir faire "les mauvaises choses" pour te permettre de vivre. Rassure toi, je ne part pas seul, je rejoins des amis de longue dates à Gomel. Ils veilleront sur moi autant que je veillerais sur eux. Je préfère ne pas te dire où je vais, car je sais que malgrès mes recommandations, tu préviendra les voisins, la famille, les amis. Je ne t'en veu pas, après tout, je ferais pareil.
J'essaierais de t'envoyer autant que possible de mes nouvelles, mais je crains que ce ne soit pas une chose facile là où je vais, alors, ne t'inquiète pas si tu reste trop longtemps sans nouvelle.
Je te le rapelle, je serais rentré pour la naissance du bébé, ou, si jamais, avant l'hiver.

Écrire ces mots n'est pas une chose facile, mon coeur s'empli de tristesse. Je préfère partir avant que la force ne m'abandonne.
A bientôt, ton Mika qui t'aime.

PS: tu trouvera dans le 3ème tiroir de l'armoire de mon grand père, caché entre les lattes, la moitié de mon argent. Le reste, je le garde avec moi, j'en aurais surement besoin.

______________________________________________________________________

Gomel - Biélorussie - le 17 avril 2011


Ma jolie Jana,

Je suis bien arrivé à Gomel, et j'y ai retrouvé mes amis. Nous nous sommes procurés ce dont nous avions besoins pour notre travail. Ce n'était pas facile, et j'ai du emprunter un peu d'argent à un inconnu. Il ne sais pas qui je suis ni d'où je viens, alors, il ne nous causera pas d'ennuis. Je profite de la ville pour t'envoyer ce petit mot, bien que je n'ai pas grand chose de nouveau à te raconter, si ce n'est te témoigner encore mon amour. J'espère que mon départ ne t'a pas trop attristé.

A bientôt, ton Mika.

______________________________________________________________________

Juste derrière la frontière de Quelque part - le 20 mai 2011


Ma tant rêvé Jana,

Pardonne moi pour ce long silence. Un mois s'est écoulé depuis que nous sommes arrivé à destination. Ce fut plus dur que je ne l'aurais cru. Nous avons du user de toute notre persuasion pour parvenir à entrer. Ici les militaires ne sont pas des tendres, pire encore que ton frère. J'ai du me séparer d'une partie de mon équipement si cher acheté à Gomel pour passer.
Mais une fois dedans, je me suis senti, enfin, libre. Cette sensation extraordinaire, que jamais je n'avais ressenti, nous permet d'oublier le danger, omniprésent. Mais ne t'inquiète pas, mes amis veillent sur moi. Nous avons passé notre temps à nous familiariser avec cet environnement nouveau. Nous avons aussi connus nos premiers succès, ce qui nous a permis de ressortir et de prendre un peu de détente. Je pourrais rentrer, mais j'ai tout juste collecté de quoi réparer la voiture. Nous repartons demain, a la recherche de nouveaux trésors.

Je pense à toi tout les jours,

A bientôt, ton Mika.

______________________________________________________________________

Juste derrière la frontière de Quelque part - le 27 mai 2011


Ma petite Jana,

Aujourd'hui, j'ai rencontré un homme bien. C'est un marchand, qui nous fournis ce dont nous avons besoin pour vivre ici. J'en ai rencontré plusieurs, mais tous n'ont pas l'honnêteté de Stanislav! Il m'a proposé de faire passer ma correspondance. Comme ça, je pourrais t'écrire de mes nouvelles plus souvent.
Mais j'ai même mieux! Tu peu envoyer tes lettres à sa femme, qui saura nous les transmettre! Écris moi des nouvelles de la maison, c'est peut être ce qui me manque le plus ici. C'est comme un endroit hors du temps, comme si le reste du monde ne tournais plus. C'est peut être ça, la liberté!
Demain, nous avons décidé de nous aventurer un peu plus loin. Ce n'est pas sans peur que nous avons pris cette décision. Mais jamais nous n'attendront nos objectifs si nous restons à la bordure. La semaine passé, nous avons mené de petites expéditions plus profondément dans les terres. Nous y avons vu des montagnes de richesses! Oh, bien sur, elles sont bien gardés, et il serais sans doute meurtrier pour nous de tenter de nous en emparer. Mais si certains ont pu entasser autant de choses, pourquoi pas nous? C'est un vaste endroit, et il reste de nombreux endroits inexplorés, ça, j'en suis sur!
Ce que je crains le plus par ici, ce ne sont pas les hommes ou les bêtes, c'est mon corps. Depuis mon arrivé, je suis toujours malade. Rassure toi, ce n'est pas grave, j'ai du attraper une mauvaise chose. Mais c'est une sensation très désagréable, et ici, il n'y a que la vodka pour oublier ses douleurs. Oh, rassure toi, je ne retomberais pas dans mes travers, et de toute façon, elle coûte trop cher pour que je puisse en abuser!

Je vais maintenant dormir, demain, une longue marche nous attends!

A bientôt, ton Mika.

PS: J'oubliais, voici l'adresse où tu peu envoyer tes lettres!

Aleksandra Rafaïlevna Ulanov
45, Urytskogo street
Kyiv-35, 03680 MSP
Ukraine

N'oublie pas de préciser mon nom derrière l'enveloppe!

______________________________________________________________________

Au millieu des déchets de Quelque part - le 3 juillet 2011

Jana, ma belle,

Avoir de tes nouvelles m'a tant fait plaisir! Merci pour ces mots de réconfort!
Mais surtout, ne crois pas que je sois fou: jamais je n'oserais mettre les pieds dans cette "Zone" dont tu parle!
C'est un endroit trop dangereux pour un homme comme moi, non? Inutile de venir m'y chercher car tu ne m'y trouvera pas. Je ne suis pas téméraire au point de vouloir escalader une veille centrale nucléaire fuyante. Tu te fait de fausse idée, ce n'est pas là que je suis, je te le jure.
Nous, nous allons bien. Depuis la dernière fois, nous avons trouvé encore plus de choses. En les revendant à Stanislav, je peu me faire suffisamment d'argent pour survivre, et même investir dans de nouveaux matériels! Mais j'en garde aussi beaucoup avec moi. Ceux là, je les garde pour nous! Quand je rentrerais, je les vendrait et nous pourront partir en Amérique! Nous auront tout grâce à eux. Ce sont de très joli bijoux, j'aimerais pouvoir te les offrir, mais ce ne serais pas bon pour le bébé.
Je vais bientôt devoir faire un choix, si je veu progresser plus loin encore. J'ai laissé derrière moi les petits groupes d'hommes égarés pour arriver au pays des bandes organisés. Elles gardent le terrain, et contrôlent tout. Je n'aime pas ces hommes, ils nous rendent la vie difficile, sous prétexte de nous protéger des voleurs. Je sais que plus loin encore, il y a endroits où les gens ont peur d'aller. Si j'y parviens, je serais libre de me servir dans toutes ces richesses inexploités, et je pourrais rentrer. Mais avant, pour traverser ce territoire, je dois m'allier à l'un ou à l'autre, temporairement. Nous nous sommes disputés avec mes amis, mais nous avons fini par choisir le moins pire, ceux qui comme nous rêvent de Liberté!
Ici, c'est comme un grand voyage, je rencontre tout les jours des gens d'ailleurs. Il y a deux semaines, j'ai rencontré un groupe d'Anglais! On aurais dit de vrai touristes! Il n'étaient pas ici pour l'argent, ni pour la gloire, mais pour la science! J'ignore ce que l'on peut imaginer découvrir au cœur de ce tas de ruine dévasté, mais eux sont persuadé que ce qu'ils y trouveront sauvera l'humanité. Oui, ils sont un peu fou. Malgré tout, je les ai bien aimé. Eux au moins ne tentaient pas de se faire passer pour plus fort en écrasant leurs semblables! Nous les avons accompagné un temps, pour veiller à ce qu'ils rentrent sains dans leur igloo. Ils nous ont offert un thé, donné de l'argent, puis nous sommes rentrés. Nous les avons plus revus depuis, il faut dire qu'ils ont installé leur laboratoire dans l'un des endroits les plus lugubre qu'il soit. C'est comme un cimetière, mais où personne ne serais mort. Tu ne me croirais pas si je te disais ce que j'y ai vu, alors, je me tait.

Allons, je dois te laisser. Demain, nous offriront notre liberté à la Liberté!

Mika, à qui tu manque.

______________________________________________________________________

Dans une forêt de Quelque part - le 17 août 2011

Superbe Jana,

Je m'excuse, mais je serais en retard. Le temps a passé si vite, je n'ai pas encore amassé suffisamment de richesse pour pouvoir rentrer. Tu devra accoucher seule. Tu sais, si je fait ça, c'est vraiment pour toi et le bébé. J'ai été forcé de faire un tas de choses dont jamais je ne me serais cru capable. J'ai toujours refusé que mon père m'apprenne à chasser, je ne voulais pas tuer des animaux. Aujourd'hui, je ri de ça. J'ai du tuer des animaux, pour me nourrir mais aussi pour sauver ma vie ou celle de mes amis.
Mais aussi des hommes! Te rend tu compte de ce que ça représente pour moi? J'ai du tuer des hommes, j'ai du tuer des hommes, j'ai du tuer des hommes! J'ai été forcé, sinon c'est moi qui serais mort, mais j'ai quand même tué des hommes. Ces pensés m'obsède, alors je tente de les effacer en t'imaginant toi. Alors, quand dans ta dernière lettre tu a employé ces mots si dur, ce n'est pas juste de la tristesse que tu a installé en moi, c'est du désespoir. Tout ces sacrifices que je fait pour toi, et toi, tout ce que tu crois, c'est que je t'écris entre les bras d'une autre? Je n'ai pas vu une seule femme depuis des mois, t'en rend tu compte?
Comment pourrais-je t'oublier?

Mika, qui t'aime plus que tout, ne l'oublie pas.

______________________________________________________________________

Dans les faubourgs de Quelque part - le 5 septembre 2011

Jana,

Aujourd'hui, je suis seul, ou presque. Des cinq amis avec qui je suis arrivé, il n'en reste plus qu'un qui m'est fidèle.
Vladimir a été le premier, la nuit qui a suivi ma dernière lettre. Il a disparu pendant la nuit. Nous dormions et il veillait sur nous. Le matin, il n'était plus là. Tout son matériel était encore là, mais lui, non. Je savais bien que s'arrêter pour dormir dans cette forêt n'était pas a faire, mais nous étions en retard. C'est le diable, invisible, qui l'a emporté! Nous avons attendu jusqu'au zenith, puis nous avons du partir. Nous nous sommes partagé ses affaire, et nous avons gardé ses trésors pour les envoyer à sa femme dès que nous sortiront.
Le deuxième fut Kassian. Il est tombé malade en revenant d'un sous sol qu'il avait exploré. Il nous en ventait les richesses, mais vomissait tellement qu'il nous a dissuadé de descendre l'explorer à notre tour. Après, il s'est mis à perdre ses cheveux. A la fin, sa peau semblait se détacher de ses chairs. Il criait tellement que les loups et les chiens ont commencé à tourner autout de nous. Ce ne sont pas des loups et des chiens comme on en vois dans les forêts de notre enfance, non, ceux là sont bien plus hargneux. Quand ils ont une proie en vue, ils ne la lâchent plus, et n'hésitent pas à s'attaquer aux hommes! Alors, nous avons laissé Kassian. Ce ne fut pas une décision facile, il nous en a voulu autant qu'il a pu. Mais je sais que c'était la bonne décision. Les loups et les chiens nous ont laissé partir. Sans doute l'ont ils dévoré. Mais il serait mort de toute façon. Au moins, nous, nous continuons de vivre!
Le troisième, Dietrich, était un allemand que nous avait présenté Kassian. Un jour, alors qu'il marchait devant nous, les éléments se sont acharnés sur lui. Il a juste disparu, comme ça. On l'a cherché des heures durant, avant de le retrouver: il semblait léviter au dessus d'une rue, comme dans une bulle d'air chaud. Le pauvre était paniqué, il ne pouvais pas sortir! On a tenté tout ce qu'on a pu pour l'aider mais, la nuit arrivant, nous avons du partir. Nous l'avons encore entendu quelques jours dans nos radios. Puis, il s'est tu.
Et enfin, Moïsseï. Il est mort aujourd'hui. Mais a la différence des autres, lui l'a bien cherché! Nous sommes tombé dans une embuscade ce matin, des hommes ont voulu nous racketter. Ils savaient ce que nous avions. Ils savaient que j'avais noté l'emplacement de toutes les cachettes où j'entasse mon butin sur un papier, caché dans la doublure de mon manteau. Heureusement, ils avaient trop tiré sur la Vodka, alors, nous avons pu facilement nous en débarrasser. Seul Moïsseï et mon dernier ami Viktor savaient où je cachait ce secret. Je sais que Viktor ne me trahirais jamais, nous nous connaissont depuis si longtemps. Il me dois la vie, je l'avais tiré d'un bien mauvais pas, quand nous étions jeunes et qu'il trafiquait. Je l'avais protégé alors qu'il s'était mis a dos des requins bien plus gros que lui. Alors, j'ai tué Moïsseï.
Nous continuons notre route avec Viktor. Nous approchons des terres vierges, je le sent.
Bientôt, je pourrais rentrer!

Mika.
______________________________________________________________________

Dans la ville de Quelque part - le 29 septembre 2011


Jamais, oh oui jamais je n'aurais cru que cela était possible. Comment avez vous pu me trahir de la sorte! Viktor est parti, avec tout mes trésors, tout mon argent. Il m'a tout juste laissé de quoi me défendre. Il n'a eu que ces mots pour moi "je te dois bien ça non, Miki' ?"
Me trahir de la sorte!
Ce n'est pas Moïseï que j'aurais du tuer, c'est lui! Ce fourbe s'est enfuit, je sais que je ne le retrouverais pas: il est parti et est repassé de l'autre coté. Tu te demande peut être comment je le sais? Car je sais qui il va rejoindre, pourquoi il rentre à Vitsebsk. Je lui avait tout raconté sur nous, tout montré. Je savais qu'il te trouvait joli, mais j'ignorais qu'il t'aimais en secret. J'ignorais même que vous vous étiez rencontré. Comment a tu osé? Bafouer de la sorte notre mariage! Je sais que je n'ai pas toujours été le meilleur des maris, mais après tout ce que j'ai fait pour toi, comment à tu osé? On m'a volé mon trésor, on m'a volé ma femme, mais on a aussi volé mon honneur. Je sais a présent que ce bébé que tu attendais tant n'était pas mon fils.
Tout mes sacrifices ont étés vains, tout mes espoirs ont surement étés volés avec le reste. Mais ne croyez pas que je ne vous poursuive pas. Viktor ne savait pas tout, il aurais du attendre encore un peu pour sa fourberie. J'approche du cœur, de là où personne n'a jamais été. Là bas, tout mes vœux s'exauceront. Une fois que j'y serais allé, rien ne pourra plus m'arrêter, je vous traquerais, vous retrouverais, vous tuerais. Peut être seras-ce demain, peut être seras-ce l'année prochaine, peut être seras-ce dans dix ans. Ne m'oubliez pas, car je ne vous oublierais pas.

______________________________________________________________________

Dieu est là - le 8 novembre 2011

Ma petite Jana d'amour je ne t'en veu plus j'ai rencontré Dieu lui même il m'a épousé il m'a accueilli dans son Eden je n'ai plus de rancune soyez heureux je le suis moi même Dieu est là la chaleur je vais le protéger je sais qu'ils lui veulent du mal Dieu est là il est chaud Dieu est là sa lueur éclaire mon chemin Dieu est là Dieu est là Dieu est là DIEU EST LA.

______________________________________________________________________
avatar
Jewok

Messages : 2
Date d'inscription : 04/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concour : Récits de Stalkers

Message  Gladiateur le Mer 6 Jan - 2:51

Cloture du concours.
Merci d'avoir participé.
Nous voterons et choisirons le gagnant lors de notre prochaine réunion, fin du mois. Le résultat sera annoncé en suite de ce topic.

Meilleurs voeux à tous pour cette nouvelle décennie.
avatar
Gladiateur
Orga

Messages : 230
Date d'inscription : 03/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concour : Récits de Stalkers

Message  Stalker-Admin le Mer 3 Fév - 18:01

Bonjour,

Le vote a été fait avec un peu de retard, nous nous en excusons.
Tout d'abord merci pour votre participation.

Je ne vais pas m'étaler sur les raisons qui ont motivé le choix, c'est subjectif a chacun des juges. Certains se sont illustrés par leur imagination, d'autres par leur style d' écriture. Cependant, il y a un point objectif qui a été déterminant dans le choix du récit : l'orthographe et la grammaire.
Nous avons bien conscience que ce concours, c'était pas la dictée de Pivot. Mais quand on présente quelque chose, on s'assure au moins d'avoir relu ce qu'on a écrit, car présenter un récit où il manque des mots, c'est pas très agréable à lire, surtout quand c'est assez long.


Le gagnant du concours est Jewok.
Félicitations à lui.
Merci de bien vouloir me faire parvenir par MP tes coordonnées d'adresses pour que nous puissions t'envoyer tes présents.

Je précise que ce récit fera l'objet de notre attention lors du GN et y sera introduit, d'une manière ou d'une autre.

Encore merci pour vos récits.
avatar
Stalker-Admin
Admin

Messages : 124
Date d'inscription : 01/07/2009
Localisation : Zona

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-irradiees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concour : Récits de Stalkers

Message  Stalker-Admin le Lun 15 Fév - 20:13

Suite à une alerte sur son PDA, le Stalker Jewok aura découvert dans sa caisse personnelle quelques présents déposés là par un agent anonyme :



Accessoirement, notre camarade aura droit à une place réservée d'office lors du GN-Soft !
Les autres participants ne sont pas oubliés, leurs récits viendront peut être étoffer certaines intrigues entre les personnages, qui sait... Wink
avatar
Stalker-Admin
Admin

Messages : 124
Date d'inscription : 01/07/2009
Localisation : Zona

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-irradiees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concour : Récits de Stalkers

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum